Retour vers le haut

LMIT | Innovation et technologie minières à la Laurentienne

Conçue pour servir d’organisation-cadre, Innovation et technologie minières à la Laurentienne – LMIT est à juste titre votre guichet unique à ce vivier d’expertise.

Nouvellement implantée, LMIT est appelée à coordonner et à promouvoir tous les travaux de recherche minière menée à l’Université par le biais des centres comme le Centre de recherche en exploration minérale (CREM), le Centre de recherche sur la santé et la sécurité au travail (CRSST), le Centre pour la vitalité des lacs Vale (CVLV) et la Société de recherche appliquée en innovation minière et de réhabilitation (MIRARCO).
Cette approche de la recherche minière, du type guichet unique, accroît les possibilités grâce à l’alignement synergique et intuitif des projets, au partage des ressources et à la coordination focalisée. Sous l’égide du LMIT, 235 chercheurs travaillent actuellement dans plus de 20 disciplines liées au secteur minier.

 

L’avantage de Sudbury

  • La formation de Sudbury est un phénomène géologique célèbre qui contient l’une des plus importantes concentrations de sulfures de nickel et de cuivre au monde. On croit que le bassin de Sudbury, qui mesure 27 km (17 milles) de largeur, 60 km (37 milles) de longueur et 15 km (10 milles) de profondeur, a été formé par l’impact d’un météorite il y a 1,8 million d’années.

  • Sudbury héberge le plus important complexe minier intégré au monde. Cinq mille kilomètres (3 107 milles) de galeries minières déambulent sous la région de Sudbury. Si l’on plaçait ces galeries de bout en bout, on pourrait se déplacer de Sudbury jusqu’à Vancouver par voie souterraine.

  • Sudbury, le pôle minier le plus important dans le monde, est reconnue à l’échelle mondiale comme le plus grand producteur de nickel.

  • Sudbury recense dans ses limites plus de douze mines actives, y compris les mines exploitées par deux géants mondiaux Glencore et Vale, sans compter les 43 petites sociétés minières et d’exploration qui font également partie du pôle.

  • Des 256 000 emplois miniers en Ontario, près de 14 000, selon les estimations, sont à Sudbury.

  • Avec plus de 160 000 habitants, Sudbury a la plus grande population dans le nord de l’Ontario.

  • La population francophone de Sudbury, hors du Québec, est la troisième en importance au Canada.

  • Sudbury a reçu de nombreux prix pour son programme agressif de réhabilitation des sols, y compris la Médaille du gouvernement local des Nations Unies et le prix Chevron des États-Unis.

  • Il y a, au total, 330 lacs d’eau douce dans les limites de la ville (bien plus de lacs que n’importe quelle autre municipalité au Canada).

  • Fortes des innovations technologiques, les fonderies de Sudbury, jadis les plus grands émetteurs de dioxyde de souffre (SO2) dans le monde, ont réduit la pollution de l’air de plus de 95 %, améliorant de façon remarquable la qualité de l’air et de l’eau. 

  • En 2015, le prix Nobel de physique est décerné à Arthur B. McDonald (Ph.D.) pour ses recherches sur les neutrinos menées à l’Observatoire de neutrinos de Sudbury. Le laboratoire spécialisé, situé à deux kilomètres sous terre à la mine Creighton, est le fruit d’une collaboration avec le géant minier Vale et d’autres partenaires. Ce projet de recherche internationale a mobilisé plus de 270 scientifiques.

  • La province, par son Plan de croissance du nord de l’Ontario, s’est engagée à investir dans la recherche et l’innovation rendant efficientes les opérations de l’industrie. Parmi les domaines prioritaires figurent les technologies d’extraction et d’exploration, les technologies environnementales, ainsi que les processus de fermeture et de réadaptation des mines.

La recherche minière est l’affaire de tous. Mobilisons-nous alors pour collaborer et renforcer encore le secteur minier et la province et positionner le Canada, à l’échelle mondiale, comme le pays leader en expertise minière.

Le CRSST se veut une structure formalisée au sein de laquelle les représentants des secteurs industriels, les associations œuvrant pour la sécurité au travail, les groupes syndicaux, les organisations gouvernementales et les chercheurs se pencheront ensemble sur les problèmes de blessures et de maladies en milieu de travail ainsi que les solutions.

 

Domaines couverts par notre expertise en recherche :
•    Facteurs humains et ergonomie
•    Santé et sécurité au travail
•    Physiologie et milieu du travail

Aperçu des projets en cours :
•    Programme de recherche sur la prévention des blessures dues aux vibrations
•    Programme de recherche sur la prévention des blessures traumatiques
•    Programme de recherche sur la prévention des blessures musculosquelettiques
•    Épidémiologie des maladies professionnelles
•    Santé mentale au travail et facteurs cognitifs
•    Bien-être et qualité de vie au travail
•    Effets sur la santé de l’exposition à des produits chimiques aéroportés en milieu de travail
•    Risques en milieu de travail et santé reproductive

Complément de chercheurs actifs :
 61 dont 23 étudiants à la maîtrise (M.Sc.) et 15 au premier cycle


Le Centre de recherche en exploration minérale (CREM), centre d’exploration géoscientifique, se focalise sur la recherche concernant les systèmes minéralisés précambriens, l’éducation et la méthodologie ainsi que le ciblage des efforts d’exploration.

 

Domaines couverts par notre expertise en recherche :
•    Géochimie
•    Géologie
•    Géophysique
•    Recherche sur l’environnement et la restauration de l’habitat
•    Minéralogie

Aperçu des projets en cours :
•    Dépôts aurifères dans la Ceinture de roches vertes de l’Abitibi en Ontario et au Québec
•    Dépôts faibles en sulfure et riches en PGM à Sudbury
•    Dépôts de cuivre, de zinc et d’or au Manitoba
•    Dépôts de PGM, de cuivre et de zinc en Afrique du Sud
•    Projets géophysiques comprenant l’interprétation et la modélisation
    électromagnétique et magnétique aéroportées et basées au sol

Complément de chercheurs actifs :
66, dont 6 postdoctorants, 30 doctorants et 30 étudiants à la maîtrise (M.Sc.)

 

MIRARCO (Société de recherche appliquée en innovation minière et de réhabilitation) est, depuis 1998, développeur de solutions innovatrices destinées à l’industrie minière et à la hauteur de ses défis. Organisation hybride unique mariant à la fois une dynamique universitaire et professionnelle, elle contribue à faire avancer l’innovation et la recherche appliquée dans le secteur minier, et ce depuis près de deux décennies.

Domaines couverts par notre expertise en recherche :
•    Évaluation des aléas géologiques et atténuation des risques
•    Recherche sur la sécurité des mines et gestion des risques
•    Optimisation de la ventilation et de la production
•    Énergie, énergies renouvelables et gestion du carbone
•    Adaptation au climat et collectivités durables

Aperçu des projets en cours :
•    Caractérisation des roches et tests de contrainte
•    Adaptation aux changements climatiques et communauté de pratiques
•    Outil d’optimisation du calendrier des travaux
•    Modules photovoltaïques flottants
•    Formation à la sécurité et à la gestion des risques

Complément de chercheurs actifs :
50, dont 4 étudiants à la maîtrise (M.Sc.) et 10 au doctorat

Le Centre pour la vitalité des lacs Vale est un institut de recherche multidisciplinaire et de surveillance dont le but est de contribuer à protéger et à gérer les écosystèmes aquatiques du nord. C’est un lieu d’expérimentation et d’innovation, mais aussi de formation de jeunes scientifiques prometteurs. Il s’agit d’un véritable « incubateur » pour l’avancement des sciences environnementales.

Domaines couverts par notre expertise en recherche :
•    Écologie aquatique/écologie des zones humides/écologie microbienne
•    Remise en état et restauration des terres impactées par l’exploration minière
•    Bioévaluation et surveillance des perturbations minières
•    Bioprospection minière et biorestauration des résidus miniers et des déchets rocheux
•    Changement climatique et interactions de multiples facteurs de stress
•    Écologie trophique et évaluation des contaminants
•    Communication de la science, science au service des politiques publiques et échanges internationaux
•    Engagement-science à l’endroit des collectivités du Grand Nord
•    Chimie de l’environnement, microbiologie, science du sol et génomique

Aperçu des projets en cours :
•    Réseau canadien du CRSNG sur les services des écosystèmes aquatiques (RCSEA)
•    Liens entre la terre et l’eau pour le rétablissement de bassins hydrologiques      endommagés par l’activité industrielle
•    Développement de technosols pour la remise en état des mines utilisant les résidus organiques
•    Développement de microbes adaptés au froid pour la bioprospection et la bioremédiation minières
•    Évaluation des effets de la réduction des émissions de fonderie
•    Impacts des perturbations industrielles sur les gaz à effet de serre des zones humides
•    Effets des changements climatiques sur les lacs, les zones humides et le Hg dans le poisson

Complément de chercheurs actifs :
75, dont 35 chercheurs en résidence (BRPD, Ph.D., M.Sc.)
et étudiants en vulgarisation scientifique