Retour vers le haut

Cette Semaine en Recherche: Félicitations à Mark Kuhlberg

Félicitations à Mark Kuhlberg (Ph.D), professeur titulaire au Département d’histoire, lauréat du Prix du livre en histoire politique, décerné par la Société historique du Canada, pour l’ouvrage intitulé In the Power of the Government: The Rise and Fall of Newsprint in Ontario, 1894-1932, publié par l’University of Toronto Press en 2015.

Son livre, qui a été sélectionné parmi plus de 30 titres en lice pour le prix, relate l’ascension et le déclin de l’industrie des pâtes et papiers de l’Ontario, entre 1894 et 1932, et démontre à quel point nous avons mal compris, depuis longtemps, les rapports entre les propriétaires de scieries et le gouvernement provincial.

En effet, pendant plus de quatre décennies, l’idée répandue était que les politiciens à Queen’s Park — et dans toutes les capitales provinciales au Canada — se sont mis en quatre pour tenter d’aider les fabricants de papier à établir et à élargir leurs exploitations. Comme ce livre l’a clairement montré, ce n’était aucunement le cas.

Le gouvernement provincial avait de nombreuses raisons de réserver à l’industrie des pâtes et papiers un accueil froid et de lui offrir relativement peu de soutien à mesure qu’elle s’établissait en Ontario. Parmi ces raisons figurent la volonté de coloniser les confins septentrionaux de la province, la loyauté des politiciens envers les bûcherons et les exportateurs de bois à pâte ainsi que les dangers inhérents à toute association aux « grandes entreprises » à une époque où les « titans de l’industrie » n’étaient guère aimés par le public en général.

Plus important encore, les politiciens voyaient dans le bois à pâte et l’énergie hydraulique de la province d’abord et avant tout des matières premières à utiliser à des fins politiques. L’objectif était donc de les distribuer sans se soucier du népotisme et une histoire remarquable — avec des relents souvent de corruption — était le résultat.

Pour ces raisons, ce livre offre une nouvelle perspective intéressante sur la dynamique qui a façonné les relations entre l’industrie et le gouvernement de l’Ontario relativement aux forêts. Projets de recherche en cours : Le professeur Kuhlberg (Ph.D.) rédige actuellement un livre sur l’histoire ancienne de l’entomologie forestière au Canada. Entre 1927 et 1930, notre pays a mené le monde entier dans les expériences consistant à vaporiser, à partir d’aéronefs, des produits chimiques destinés à tuer les insectes forestiers.

Alors qu’il s’agit là d’une remarquable histoire qui n’a jamais été relatée, le fait surprenant est que la moitié des projets ou presque ont été mis en œuvre pour répondre aux exigences des adeptes du plein air. Ils aimaient tellement le « milieu sauvage » qu’ils ont littéralement exigé que des toxines mortelles soient utilisées pour détruire les insectes qui menaçaient la santé des arbres qu’ils chérissaient tant. En prenant cette position, ils ne pouvaient pas voir le paradoxe inhérent à celle-ci, c’est-à-dire que la meilleure façon de « sauver » les parties de la nature qu’ils chérissaient était d’en détruire les éléments qu’ils détestaient. M. Kuhlberg supervise également un projet pour aider le ministère des Richesses naturelles et des Forêts de l’Ontario à célébrer son 150e anniversaire en 2017.

Il travaillera avec plusieurs étudiants pour produire une douzaine de vignettes mettant en évidence les plus grandes réalisations du ministère au cours des 50 dernières années.