APLAQA

Qu'elle soit prévisible ou fortuite, la rencontre d'universitaires est toujours l'occasion d'un échange, d'un partage, d'une discussion ou d'un débat, tous nourris des points communs et des différents intérêts des chercheurs et des chercheures ainsi que des œuvres sur lesquelles ils et elles se penchent selon les perspectives théoriques qu'ils et elles adoptent et pratiquent.

Or, Sudbury, Nouvel-Ontario est définitivement un lieu de rencontres. De celles qui sont de l'ordre du choc ou de la collision — le bassin où est située la ville n'a-t-il pas été créé par l'impact d'un météorite? — et de celles qui réunissent les langues et les cultures. Et l'Université Laurentienne ne s'est-elle pas donné un mandat triculturel en intégrant une composante autochtone?

Sous le thème de la rencontre, qu'elle soit définie comme une expérience fructueuse de l'altérité ou comme une situation conflictuelle, ce colloque se veut une occasion de réunir des chercheurs et chercheures qui s'intéressent aux littératures francophones du Canada et à la littérature québécoise. Ainsi, nous sollicitons des propositions de communication qui aborderont ce thème dans ses différentes manifestations dans un contexte littéraire, en particulier les problématiques suivantes :

  • la rencontre des textes (intertextualité, transtextualité, allusion, citation…);

  • la rencontre des genres littéraires (transgénéricité, hybriditégénérique, transfictionnalité…);

  • la rencontre de la littérature et des arts visuels (interdiscipinarité, intermédialité);

  • les langues en contact (traduction, auto-traduction, plurilinguisme, hétérolinguisme…);

  • la rencontre entre le public et les œuvres (médiationculturelle, lecture, spectature, édition, diffusion);

  • les poétiques de la rencontre;

  • la rencontre de l’Autre (altérité, autochtonie, immigration, migration).

Veuillez envoyer votre proposition de communication (maximum 250 mots), accompagnée d’une courte notice biographique (50 mots), à jmelancon@laurentienne.ca au plus tard le 31 janvier 2017.

Le programme du colloque est ICI.

Remerciements

   Ce colloque n'aurait pas été possible sans l'appui financier de l'Université Laurentienne, du Département d'études françaises et du Programme de théâtre de l'Université Laurentienne.

   Nos sincères remerciements à ceux et celles dont la précieuse collaboration a permis la tenue de cet événement :

  • Bureau des affaires francophones: Noémie Théberge, conseillère principale - Partenariats en éducation, directrice intérimaire; Stephen Roberge, gestionnaire de projet;
  • Vice-rectorat associé aux affaires francophones : David Lesbarrères, vice-recteur associé, Carole Anderson, adjointe administrative;

  • Elizabeth Dawes, doyenne, Faculté des arts;
  • Daniel Archambault, directeur, Bureau des services de recherche;
  • Julie Ceming, directrice, Services de conférences et d'événements;
  • Julie Lévesque, secrétaire de direction, Centre de santé communautaire du Grand Sudbury;
  • Geneviève Leblanc, directrice, Sylvie Lessard (directrice sortante) et les bénévoles du Salon du livre du Grand Sudbury, Alex Tétreault et Jean-Paul Grenon;
  • Catherine Prazmowska, adjointe administrative, Département d'études françaises.

   Également, nos sincères remerciements aux personnes et organismes dont la collaboration a permis l'organisation d'activités littéraires et artistiques en complément au colloque :

  • Stéphane Gauthier, Carrefour francophone de Sudbury;
  • denise truax, Stéphane Cormier et Chloé Leduc-Bélanger, Prise de parole;
  • Michelle Roussy et Claudine Gagné, Théâtre du Nouvel-Ontario.

   Enfin, nos sincères remerciements aux membres du comité scientifique qui nous ont appuyés : Lucie Hotte, professeure titulaire au Département de français de l'Université d'Ottawa et titulaire de la Chaire de recherche en culture et littératures francophones du Canada ainsi que Robert Viau, professeur, Université du Nouveau-Brunswick.
 

        Le comité organisateur,
                 Johanne Melançon, professeure titulaire, Département d'études françaises
                 Thierry Bissonnette, professeur agrégé, Département d'études françaises
                 Alain Doom, professeur agrégé et directeur, Programme de théàtre