Je savais que je voulais faire des études universitaires après le secondaire. Je me souviens de feuilleter les livrets des universités et d’imaginer différentes carrières, jusqu’au moment où j’ai trouvé le programme de psychologie à la Laurentienne. Lorsque j’ai été accepté, je débordais de joie et j’ai passé tout l’été à réfléchir à ce que j’apporterais pour ma première année dans la Résidence des étudiants célibataires.

Même si j’étais pleine d’enthousiasme, j’avais de grandes préoccupations en ce qui concerne le paiement des droits de scolarité, des frais de résidence et d’autres dépenses. Pour fréquenter la Laurentienne, j’ai dû quitter Bradford, et les fonds du RAFEO et de mon emploi à temps partiel ne suffisaient pas. En première année, j’ai demandé toutes les bourses auxquelles j’étais admissible et j’en ai reçu deux qui étaient financées par des donateurs. Je leur suis tellement reconnaissante, car ces bourses ont réduit mes droits de scolarité et ont fait en sorte que je n’avais pas besoin de les rembourser plus tard.

Je commence maintenant ma 4e année d’études et j’ai reçu cinq bourses pendant mon séjour à la Laurentienne. Chaque année, celles-ci m’ont aidée à soulager le stress financier tout en me permettant de me concentrer sur mes études.

Je serai toujours reconnaissante aux donateurs qui ont offert un appui, non seulement à moi, mais à d’innombrables étudiants qui concrétisent leurs objectifs. Ces donateurs ne sauront jamais à quel point ils font tous les jours une différence dans ma vie et dans celle des étudiants. Sans ces donateurs, je n’aurais pas eu la possibilité d’obtenir mon diplôme dans les délais prescrits ou de me concentrer pour obtenir de bonnes notes. Grâce à ces donateurs, d’ici un an, je serai une diplômée de la Laurentienne à la recherche d’un emploi valorisant. Je me réjouis déjà à la perspective d’apporter de l’aide à un membre de la population étudiante dans le besoin.