Retour vers le haut

Livre sur l’histoire de la Laurentienne

L’Université Laurentienne : Une histoire

L’Université Laurentienne a fait de grands progrès depuis 50 ans et son histoire riche et dynamique a été le sujet d’étude de cinq membres de son corps professoral, à savoir les historiens Linda Ambrose, Matt Bray, Sara Burke et Guy Gaudreau, et le sociologue Donald Dennie.

Ces auteurs de l’UL ont lancé le nouveau livre, L’Université Laurentienne : Une histoire, qui porte sur l’histoire de cet établissement au cours des 50 dernières années. Les membres de la population étudiante, du corps professoral, du personnel et la communauté sudburoise et les diplômés peuvent se procurer un exemplaire.

Quelque quarante ans après que la Laurentienne a accueilli ses premiers étudiants en septembre 1960, des professeurs du Département d’histoire ont eu l’idée de dresser l’histoire de l’Université pour souligner son 50e anniversaire. On a d’abord communiqué avec Matt Bray, Linda Ambrose et Sara Burke, et leurs collèges Guy Gaudreau et Donald Dennie se sont rapidement joints au projet pour préparer ce livre.

« Il s’agit de la première histoire complète de l’Université Laurentienne, explique la professeure d’histoire et auteure, Sara Burke. L’analyse permet de mieux comprendre les développements de l’enseignement postsecondaire, surtout en Ontario, dont l’Université est le produit. »

À part les chapitres d’introduction qui retracent les racines historiques de la Laurentienne dans le nord de l’Ontario et examinent les circonstances de sa fondation, l’histoire est structurée autour de six thèmes principaux, à savoir la régie universitaire, l’évolution des études, le bilinguisme et le biculturalisme, la population étudiante, l’association des professeurs et le rôle des femmes. Quoique ces thèmes ne soient aucunement exhaustifs, ils englobent les éléments fondamentaux de l’expérience de la Laurentienne. Ces thèmes ne cadrent parfaitement avec aucun modèle chronologique, mais la plupart ont en général leur place dans les trois périodes adoptées pour des raisons pratiques : les défis des années 1960 (de 1960 à 1972), l’ère de transition (de 1972 à 1985) et l’ère moderne (de 1985 jusqu’à nos jours).

« Il est remarquable de constater, indique le recteur de l’Université Laurentienne, Dominic Giroux, tous les accomplissements de l’Université au cours du dernier demi-siècle et toutes les retombées qu’elle a eues sur un si grand nombre de personnes. Grâce à ces cinq membres exceptionnels du corps professoral qui ont pris l’initiative de rédiger ce livre sur la riche histoire de la Laurentienne, l’héritage ne sera pas prêt d’être oublié. »