Vous êtes maintenant dans la zone de contenu principale

Jennifer Walker reçoit le Prix d’excellence 2017 de l’ASPO

Body: 

L’Université Laurentienne est fière de féliciter Mme Jennifer Walker, Ph.D, qui a reçu le Prix d’excellence 2017 de l’Association pour la santé publique de l’Ontario (ASPO). Le prix, l’un des deux seuls décernés par l’organisme en 2017, soulignait les contributions et le leadership de Mme Walker dans le domaine de la santé autochtone.

Épidémiologiste ayant des racines autochtones (Haudenosaunee), Mme Walker est titulaire d’une Chaire de recherche du Canada en santé autochtone à l’Université Laurentienne, où elle est membre du corps professoral principal de l’École de santé dans les régions rurales et du nord. Dans ses recherches, elle s’intéresse principalement à l’utilisation des données sur les services de santé autochtone pour appuyer et améliorer les soins de santé et la planification de politiques. Plus précisément, beaucoup de ses recherches sont axées sur le vieillissement et les maladies chroniques chez les populations autochtones. Ses travaux soutiennent des initiatives communautaires en adoptant une perspective autochtone pour comprendre les façons dont les conjonctures historique, sociale, politique, culturelle et économique ont un effet sur les défis à relever en santé et soins de santé. Ainsi, pour suivre l’exposition aux risques et les résultats sur la santé, elle examine la santé d’un point de vue holistique, à savoir la vie entière d’une personne ainsi que son environnement.

Chercheuse universitaire au Centre de recherche en santé dans les milieux ruraux et du nord (CReSRN), Mme Walker est aussi scientifique à l’Institut pour les sciences évaluatives cliniques où elle est responsable du dossier lié aux autochtones. En outre, elle est chercheuse principale de deux études sur le vieillissement des populations autochtones financées par les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) et co-chercheuse principale d’un projet subventionné par les Unités de soutien de la SRAP de l’Ontario visant l’allégement du fardeau du diabète sur les groupes de Premières Nations en Ontario.

Mme Walker travaille actuellement pour établir des ententes de partenariat et de direction qui accorderaient aux groupes autochtones une plus grande prise en charge des données sur leur santé, ce qui permettrait de trouver plus facilement les données sur les autochtones et servirait de moteur aux collectivités pour la recherche et la prise de décisions. En vertu de ces ententes, les chercheurs doivent collaborer avec des représentants communautaires tout au long du processus de recherche, de la planification de l’étude jusqu’à la soumission du rapport sur les résultats.