Profils de nouveaux chercheurs

Profil de nouveau chercheur en vedette

Shannon Bassett, MAUD, BARCH, MIRAC
École d'architecture McEwen
Faculté des sciences, de génie et d'architecture
sbassett@laurentienne.ca
 
La recherche, l’enseignement, l’écriture et la pratique de Mme Shannon Bassett sont à la croisée de l’architecture, de l’aménagement urbain et de l’écologie du paysage.  

Ses ouvrages sur l’urbanisation explosive en Chine et son paysage changeant, ainsi que sur les villes en décroissance et le paysage post-industriel nord-américain, ont été publiés dans Topos, Urban Flux, Landscape Architecture Frontiers Magazine (LAF) et Canadian Architect. 

Sa recherche et son travail de conception ont été exposés sur les scènes nationale et internationale, y compris à la biennale de Hong Kong et de Shenzhen sur l’urbanisme et l’architecture (2012), et sont publiés dans le livre qui en est découlé, Learning from Tri-ciprocal Cities: The time, the place, the people. Ils ont été aussi présentés au BUGAIK International Architectural Exhibition (Busan Ulsan Gyeongnam Chapter of Architectural Institute of Korea). Shannon a reçu un prix du National Endowment for the Arts pour son projet (Re)Stitch Tampa, dont est ressortie la publication (Re)Stitch Tampa: Designing the Post-War Coastal American City through Ecologies. Sa pratique comprend la conception d’un plan directeur d’aménagement urbain et d’une étude pour une colonie urbaine d’artistes sur un site de 42 acres (Village of the Arts, à Bradenton, en Floride), ainsi qu’une série d’études de conception spéculative pour le Tampa Riverwalk, dans la ville de Tampa.

Shannon a enseigné à Buffalo, à Tampa, et à Boston au Wentworth Institute of Technology. Elle a pratiqué l’architecture au sein de bureaux d’architecture primés à Boston et à Ottawa. À la Commission de la capitale nationale à Ottawa, elle a œuvré comme architecte pour la division des Résidences officielles et comme urbaniste pour la division de Planification à long terme, assurant une sensibilisation communautaire à des projets d’aménagement urbain de haute visibilité, y compris le Réaménagement des plaines LeBreton. 

Elle a donné des conférences sur la scène mondiale et a géré en Chine des ateliers de recherche-conception, en collaboration avec le Tongj College of Architecture and Urban Planning, le Tianjin School of Architecture, et le Turenscape College of Architecture and Landscape Architecture de l’Université de Pékin, à Beijing, et de la province d’Anhui, avec un regard particulier sur l’urbanisme rural et l’aménagement de village. Elle a été élue et a exercé deux mandats, 2011 à 2015, au conseil d’administration de l’International Association of China Planning (IACP).
 
Elle détient une maîtrise en architecture en aménagement urbain (avec distinction) du Harvard Graduate School of Design et un baccalauréat en architecture (avec distinction) de l’École d’architecture de l’Université Carleton. À Harvard, elle a travaillé comme adjointe à la recherche et à l’enseignement au Centre for Urban Development Studies, devenu par après l’Institute for International Urban Development, où elle a appuyé la recherche qui a mené à la publication de Financing Urban Shelter: Global Report on Human Settlement for UN-HABITAT.
 

2018-2019

Aliki Economides, Ph.D.
École d'architecture McEwen
Faculté des sciences, de génie et d'architecture
AEconomides@laurentienne.ca 

Mme Aliki Economides a reçu une formation d’architecte et d’historienne en architecture et urbanisme, et a fait aussi des études supérieures en histoire de la science. Sa recherche porte principalement sur trois thèmes liés, dont : les rôles que jouent l’environnement naturel et bâti dans le développement de l’identité, les corrélations profondes et réciproques entre les iniquités sociales et spatiales, et les façons que l’ornementation répertorie vivement les défis, possibilités et priorités qui ont une incidence directe sur la conception architecturale et le discours dans tous les contextes culturels.

Parmi ses projets actuels, il faut souligner son premier manuscrit de livre intitulé Constructing Identity: Ernest Cormier and the Project of Modernity, qui explore le monde et le travail de l’architecte, ingénieur et artiste Ernest Cormier (1885-1980). Le livre analyse des perspectives peu étudiées, mais éclairantes, sur la modernité socioculturelle et architecturale à Montréal durant la période entre les deux guerres. Quant à cette recherche universitaire, elle apporte une contribution à l’engagement public sous forme de collaboration au documentaire Ernest Cormier et le défi de la modernité, en cours de production pour Radio-Canada (lancement prévu en 2019). Aliki est corédactrice d’un volume collectif, Capital Cities in Imperial and Post-Imperial Contexts, 1880-1980, et rédige actuellement des articles pour des publications spécialisées en histoire architecturale et sociologie sur l’enchevêtrement entre l’ornementation architecturale, l’enveloppe du bâtiment en tant que « peau », et la race. Aliki s’est jointe au corps professoral de l’École d’architecture McEwen en août 2018.

Luckny Zéphyr, Ph. D.
Département de finances et d'opérations
Faculté de gestion
lzephyr@laurentienne.ca 

La recherche de Luckny Zéphyr, Ph. D., porte sur le développement de méthodes numériques pour la résolution de problèmes dans le cadre de décisions complexes, en particulier les problèmes de réseaux électriques, y compris l’intégration d’énergies renouvelables dans les réseaux de production d’énergie. M. Zéphyr a travaillé sur des applications réelles au Canada et en Colombie. Ses activités de recherche s’étendent sur la programmation dynamique, la programmation stochastique, l’analyse convexe, la gestion de réseaux d’énergie et l’intégration d’énergie renouvelable. Il s’intéresse également à la science des données et à l’apprentissage automatique. 

Frantz Siméon, Ph. D.
École de service social
Faculté de la santé
fsimeon@laurentienne.ca / Poste 5064

Les projets de recherche de Frantz Siméon, Ph.D., portent sur le vieillissement en santé et la construction de véritables partenariats nécessaires, voire indispensables, entre acteurs d’horizons divers par rapport à la complexité liée au vieillissement. En ce sens, sa thèse de doctorat porte un regard renouvelé sur une expérience partenariale destinée à l’opérationnalisation d’une politique publique à destination des personnes âgées au Québec. L’auteur montre que pour être possible et efficace, un partenariat doit être bâti sur une capacité collective à élaborer des compromis sociaux. M. Siméon souhaite répliquer auprès des acteurs intervenants avec les personnes âgées de Sudbury, le modèle de partenariat développé dans sa thèse dans une perspective de création des conditions indispensables à l’évolution des pratiques de santé et de services sociaux vers une prise en charge du vieillissement centrée sur le domicile.

M. Siméon s’intéresse également aux pratiques professionnelles des travailleuses sociales et des travailleurs sociaux œuvrant dans les établissements parapublics et publics ; il s’intéresse en particulier aux bonnes pratiques favorisant la rétention de ces professionnels dans les champs de la santé et des services sociaux, dans le souci d’une offre de service continue et de qualité. 

Kamran Eshghi
Faculté de gestion
École d'administration des sports
KEshghi@laurentienne.ca

Kamran Eshghi s’est joint à l’Université Laurentienne (Programme d’administration des sports) en juillet 2018. Ses recherches portent sur les circuits commerciaux, les commandites sportives, les interfaces de marketing et de finances, et les stratégies de marketing. Ses recherches ont principalement trait à la notion du conflit des circuits – les innombrables conflits, différends et même litiges qui embrouillent les opérations commerciales dans les circuits de distribution.

Une question qu’il examine dans ses recherches est l’incidence des litiges sur les contrats de franchise. Comprendre cette question permettrait aux partenaires de distribution de créer une meilleure gouvernance, soit par des dispositions contractuelles ex ante ou des rajustements a posteriori. La seconde partie de son travail cherche à récuser l’idée reçue que le conflit soit négatif. Quoiqu’il existe dans la documentation de recherche à ce sujet des bribes d’information qui affirment que le conflit est parfois bon pour le commerce, aucune étude empirique n’a été menée. M. Eshghi traite de façon directe cette question fondamentale en estimant s’il existe une relation d’U inversée entre le degré de conflit et le rendement d’une franchise. Ses résultats empiriques initiaux démontrent qu’il y a bel et bien une relation d’U inversée entre le rendement et le conflit. 

M. Eshghi examine aussi le rôle qu’ont les capacités de marketing à déterminer la valeur de commandites sportives chez les entreprises canadiennes. Son étude démontre non seulement comment les entreprises ayant de fortes capacités de marketing peuvent tirer profit de commandites sportives, mais aussi comment elles peuvent atténuer l’effet négatif d’autres indicateurs financiers.

2017-2018


Stéphane Perrouty, Ph. D.
sperrouty@laurentienne.ca  (2212)
Géologie précambrienne
École des sciences de la Terre Harquail

Commençant à l’Université Laurentienne en janvier 2018, Stéphane Perrouty, Ph. D., est géologue de terrain, spécialisé en géologie structurale et en géologie précambrienne. Sa recherche multidisciplinaire utilise aussi la minéralogie, la géochimie et la géophysique pour expliquer et modéliser les processus tectoniques, la déformation et l’altération des roches, associés à la formation des gisements minéraux d’âge précambrien. Cette thématique contribue à mieux comprendre l’évolution de notre planète et peut également aider l’exploration minérale. Ses collaborations et projets de recherches actuels se concentrent sur les gisements d’or d’Abitibi, du Nord de l’Ontario et d’Afrique de l’Ouest.
 

Isabelle Côté, Ph.D.
icote2@laurentienne.ca
École de service social

Les projets de recherche d’Isabelle Côté, Ph. D., portent sur la violence faite aux femmes, s’intéressant plus spécifiquement à la violence conjugale et aux pratiques d’intervention dans ce domaine. À cet égard, sa thèse de doctorat a tracé l’évolution des pratiques dans les maisons d’hébergement pour femmes victimes de violence conjugale au Québec, en portant une attention particulière à l’influence des transformations sociopolitiques sur l’intervention depuis les 40 dernières années.
Au sein de différentes équipes de recherche et en partenariat avec des groupes de femmes de l’Ontario et du Québec, elle s’est penchée sur divers enjeux touchant la sécurité des femmes et des enfants en contexte de violence conjugale. Un de ces projets a permis de développer l’outil d’intervention « Notre boîte aux lettres » qui facilite la communication mère-enfant en contexte post-séparation; cet outil a été distribué dans toutes les maisons et les organismes travaillant auprès des femmes et enfants francophones de l’Ontario. Isabelle se définit comme une chercheure-militante dont les projets s’inscrivent dans une perspective critique et féministe et visent ultimement l’élimination de la violence des hommes à l’endroit des femmes et des enfants.
 

Caio Licciardi, Ph.D.
clicciardi@laurentian.ca (2309)
Département de physique
Faculté de Sciences, de génie et d’architecture
Particle Astrophysics Group / Canadian Particle Astrophysics Research Centre
https://clicciardi.wordpress.com/

Dans ses recherches, Caio Licciardi, Ph. D., s’intéresse aux questions fondamentales de la physique nucléaire et de la physique des particules. Il se penche principalement sur la physique des neutrinos et la question irrésolue de savoir s’ils sont leurs propres antiparticules, c’est-à-dire des particules Majorana. À cette fin, il examine la double désintégration bêta « sans-neutrino » dans le Xe-136. Si ce processus hypothétique est observé, cela démontrerait que les neutrinos sont des particules Majorana, éclairant ainsi de nouveaux concepts en physique. Caio aimerait aussi développer des simulations, des analyses de données et du matériel technologique afin de rechercher de la matière noire. Grâce à l’hypothèse formulée par l’observation de la rotation des galaxies, nous savons maintenant que la majorité de l’univers est composé de cette matière complètement inconnue.

Joey-Lynn Wabie, Ph.D.
jl_wabie@laurentian.ca
École des relations autochtones
Faculté de la santé

Kokomig Atsokan : Je collabore actuellement avec des grand-mères traditionnelles et la co-chercheuse Shannon Chief dans un territoire algonquin traditionnel dans le nord-ouest du Québec sur un modèle précis et complet de langue et de culture fondé sur la terre. Celui-ci a été créé, révisé et imprégné de leur culture, ce qui pourrait rehausser les recherches communautaires sous une optique pédagogique et mener à la création d’un modèle de langue et de culture découlant directement des peuples. Cette approche est avantageuse, car les peuples ont été de véritables leaders de cette recherche, et elle apporte une contribution à leur communauté, sans y enlever quoi que ce soit. En outre, elle favorise l’unité communautaire, rassemblant les familles, collectivités et organismes algonquins alors que nous dévoilons et mettons en œuvre ce modèle de langue et de culture. Parmi mes autres intérêts de recherche, il faut souligner l’organisation communautaire de femmes autochtones, les rites de passage de jeunes autochtones (jeûnes de baies, jeûnes de puberté) et les modèles de transfert de connaissances culturelles.

Elizabeth (Liz) Carlson, Ph.D.
ecarlson@laurentian.ca (5035)
École de service social
Faculté de la santé

Elizabeth (Liz) Carlson, Ph. D., est devenue professeure adjointe dans l’École de service social à l’Université Laurentienne en juillet 2017. Dans ses recherches, elle emploie une méthodologie anticoloniale pour examiner les façons dont les allochtones (les colons) peuvent participer, et ont participé, à des modes de vie et de revendications anticoloniales et décoloniales. Étant elle-même une pionnière, Liz a adopté le cadre conceptuel de vivre au sein de la souveraineté autochtone, c’est-à-dire, vivre avec une conscientisation au fait que nous habitons des territoires autochtones ayant leurs propres protocoles, histoires, lois, obligations et possibilités qui ont été compris et pratiqués par les peuples autochtones depuis des temps immémoriaux. Conformément aux intellectuels et activistes autochtones, tels que Leanne Simpson, Christi Belcourt et Taiaike Alfred, qui maintiennent qu’une vraie réconciliation doit inclure une restitution des terres, Liz étudie les façons dont les colons peuvent participer aux initiatives de restitution et les appuyer.

Sandra Hoy, Ph.D.
SHoy2@laurentian.ca
École de service social
Faculté de la santé

Mme Sandy Hoy, Ph. D., qui vivait à Kitchener, en Ontario, a récemment déménagé avec sa famille à Sudbury pour se joindre à l’École de service social de la Laurentienne. Elle était directrice des projets de recherche au Centre de recherche en santé communautaire Manulife à l’École de service social Lyle S. Hallman de l’Université Wilfrid Laurier. Elle s’intéresse aux recherches axées sur les communautés et les partenariats en matière de services sociaux et de santé, de genre et d’autres facteurs sociaux qui influent sur la santé. Parmi ses projets actuels, il faut souligner : (1) évaluation d’un programme axé sur les pairs de soutien à l’allaitement (Breastfeeding Buddies) dans le cadre d’un projet pluriannuel fondé sur les arts qui comprend la réalisation d’un court documentaire et d’une bande dessinée; (2) évaluation d’un programme d’expansion de services à l’endroit des victimes de violence sexospécifique au Counseling Centre of East Algoma, à Elliot Lake; (3) étude de cas historique numérisée de l’un des premiers asiles des pauvres en Ontario, à savoir la Waterloo County House of Industry and Refuge, qui a mené à la création d’un musée virtuel (http://waterloohouseofrefuge.ca/).
Depuis son arrivée à Sudbury, Mme Hoy s’est jointe au groupe de travail du réseau Amis des bébés de Santé publique Sudbury et districts, un groupe de citoyens et professionnels assurant la promotion des soutiens communautaires à l’allaitement à Sudbury ainsi que l’action sociale à cet égard.

Tanya Shute
tg_shute@laurentienne.ca
École de service social
Faculté de la santé

Avant de déménager récemment à Sudbury pour se joindre à l’École de service social, Mme Tanya Shute vivait à Richmond Hill, en Ontario, et était chargée de cours et professeure associée dans le programme de service social sur le campus satellite de l’UL à Barrie. Antérieurement à son rôle à plein temps à la Laurentienne, elle était professeure et coordonnatrice du programme Social Services Worker au Collège Seneca (Yorkgate) ainsi qu’auteure principale de plans de cours, professeure et coordonnatrice du Honours Bachelor of Community Mental Health and Addictions et du programme post-diplôme d’intervention en santé mentale. Avant sa carrière universitaire, elle était intervenante de première ligne en santé mentale communautaire et sans-abrisme dans la région de York et, pendant de nombreuses années, directrice générale du seul centre d’accueil pour adultes de cette région, le Centre Krasman. Son travail dans le domaine l’incite à s’intéresser, dans ses recherches, à des projets communautaires qui apportent des améliorations tangibles en développement et (ou) services communautaires. Parmi ses projets actuels, il faut souligner : 1) une étude photos-voix de documents et actions liés aux conditions et réalités de vie des sans-abris périurbains; 2) en partenariat avec le Centre Gilbert, une évaluation des besoins en services sociaux et de santé pour les personnes transgenres ou non conformes aux genres dans les petites collectivités rurales (surtout dans la région de North Simcoe/Muskoka); 3) en partenariat avec le Comité du SIDA de la région de York, une petite étude sur l’efficacité des éducateurs laïcs de santé sexuelle auprès des jeunes en matière de VIH/SIDA et de promotion de la santé sexuelle; 4) en partenariat avec le Centre Krasman à York, une petite étude sur l’efficacité du trialogue en santé mentale communautaire afin de rehausser les initiatives touchant la voix des consommateurs/personnes ayant un vécu.

Dans ses recherches, Mme Shute s’intéresse aussi à la formation en service social et aux étudiants des collèges communautaires. Elle arrive à la fin de sa thèse de doctorat en éducation qui se fonde sur une étude à méthodes mixtes des expériences et processus liés à l’échec universitaire et au renvoi des étudiants de programmes de formation professionnelle dans les collèges communautaires.