Vous êtes maintenant dans la zone de contenu principale

Nookaa Odeh Enaandwetood Odehwinan

Tender Heart Healer of Hearts

Aanii/Nanaboozhoo,

Nookaa Odeh Enaandwetood Odehwinan ndizhnikaas, Makwa dodem niinda’aw, N’Swakamok n’doonjibaa.

Je m’appelle Tender Heart Healer of Hearts (guérisseuse de cœurs au cœur tendre) et je
fais partie du clan Bear (ours); ma communauté se trouve à l’intersection des trois routes.

 

Vous m’avez peut-être vue dans la communauté de la Laurentienne au cours des six derniers
mois avec Cynthia Belfitt qui est ma gardienne. Je suis Ambearrister (ambassavocate) de la
réconciliation qui vient de la Société de soutien à l’enfance et à la famille des Premières Nations du Canada et membre de la famille de Spirit Bear.  L’École des relations autochtones a accepté de
m’accueillir pour les deux prochaines années. Mon but est de faire une différence pour les enfants et les familles des Premières Nations et de promouvoir les appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation du Canada. Je dois aussi travailler avec les aînés pour apprendre et aider à promouvoir la langue, les enseignements et les histoires anishinaabemowin.

Le 9 mars 2020, l’aînée Hilda Nadjiwan m’a surnommée Nookaa Odeh Enaandwetwood Odehwinan. J’ai aussi porté ma nouvelle tenue confectionnée par Joey-Lynn Wabie. Cela a été une magnifique cérémonie avec de nombreux invités et le tout a été suivi par un festin.

Depuis mon arrivée à la Laurentienne, j’ai suivi quelques cours d’anishinaabemowin, ainsi que d’autres cours avec des étudiants, fait de la raquette à neige, participé à la Campagne des robes rouges du Bureau des affaires étudiantes autochtones, visité la Première Nation de Shawanaga, rencontré des étudiants, créé ma page Twitter (@NookaaO), assisté à des séances de tambours, rendu visite aux gardiens du savoir, assisté à des réunions et participé à d’autres activités et présentations.

 

Je suis vraiment reconnaissante de l’accueil et de l’affection que je constate depuis mon arrivée. Je me réjouis à la perspective d’être une ambassavocate de la réconciliation à l’Université Laurentienne.