Melanie Morin

Anciens à la une

Body: 

Pouvez-vous gagner sur tous les tableaux? Melanie Morin, diplômée de la Laurentienne répond par l’affirmative quand il s’agit de sa carrière. Elle est fière du chemin parcouru jusqu’ici dans sa carrière, qui découle d’une relation clé et qui s’est développée sous le signe d’une idée audacieuse : franchir de nouveaux sommets.

En 2001, Melanie a obtenu un baccalauréat ès arts en psychologie et en langue et littérature anglaises de l’Université Laurentienne. Alors étudiante de première année, elle s’était engagée à suivre des cours de littérature anglaise et d’éducation en espérant devenir enseignante.

Mais, au début, la vie universitaire n’était pas facile du fait qu’elle avait terminé ses études secondaires un an plus tôt que ses amis. Cela dit, dès le début, elle s’est donné comme objectif de se concentrer sur ses études, de se chercher vraiment elle-même et d’asseoir son indépendance. À sa grande surprise, elle s’est plu en suivant des cours de psychologie, en particulier des cours de la professeure Cynthia Whissell. « J’ai toujours aimé travailler avec des gens. La professeure Whissell m’a aidé à discerner ce qu’était la meilleure voie d’expression pour moi. Je l’admirais vraiment, ses conseils comptaient beaucoup pour moi. » À partir de là, elle a décidé de préparer une mineure en psychologie et en anglais avant d’amorcer une carrière dans le secteur sans but lucratif.

Chez Northern Vocational Services Inc., Melanie, alors directrice du développement de l’emploi, poste qui l’a vue aider les personnes handicapées à se trouver un emploi, a eu l’occasion de rencontrer Sheri Tomchick, présidente et chef de la direction de Plan A Long Term Care Staffing & Recruiting. Elle cherchait quelqu’un pour l’aider à réaliser sa vision de l’agence de dotation et à la faire progresser. Après dix ans de travail au sein de cette organisation, Mélanie a fait un acte de foi et a joint l’équipe de Sheri à titre d’adjointe administrative. Elle ne connaissait pas Sheri depuis très longtemps à ce moment-là, mais elle a vu dans cette offre une possibilité de carrière prometteuse et elle l’a saisie. C’était un risque qu’elle ne pouvait s’empêcher de prendre et elle se réjouit de l’avoir pris.

Mélanie et Sheri ont vite compris que, pour exploiter une entreprise, il faudrait embaucher les personnes aptes à la tâche et disposer des ressources appropriées. « Lorsqu’il s’agit de gestion d’entreprise, il n’y a pas de mal à ne pas maîtriser tous les domaines de compétence, confie Melanie, ajoutant que bâtir une plateforme solide à l’appui d’une marque nécessite une charpente de relations solides pour la soutenir. » 

Estimant qu’il y avait une lacune à combler chez Plan A, car Mélanie et Sheri passaient beaucoup de temps durant la journée à appeler les gens pour combler les quarts de travail chez leurs clients, Sheri a eu une brillante idée, où elle s’est dit qu’il devait y avoir une meilleure façon de procéder pour gagner du temps, un moment lumineux où StaffStat, comme idée, a pris corps. 
Travaillant avec Sunwire, une entreprise locale, elles ont fait développer et héberger une plateforme automatisant le processus d’appel et intégrant divers modes de communication, par application, téléphone, courriel et (ou) texte (SMS). En d’autres termes, la plateforme technologique permet à l’employeur de communiquer efficacement avec tous ses employés pour combler les quarts de travail. Chez Plan A, une fois mis au point, le nouveau système a fonctionné très bien en couvrant régulièrement ses quarts de travail. 

Apprenant par la suite que le secteur des soins de longue durée avait besoin de ce genre de système, elles ont commencé en toute logique à l’offrir à d’autres employeurs du secteur de la santé de la région de Sudbury. Naturellement, Sheri devait nommer quelqu’un au poste de chef de la direction et de présidente de StaffStat, et Melanie était le choix logique. En effet, elle avait gravi les échelons chez Plan A, ayant appris au fil du temps, sous la direction de Sheri, diverses fonctions des RH — opérations, marketing, service clients et finances — et elle a été très honorée et ravie à l’idée d’assumer son nouveau rôle. Elle avait fait ses preuves et avait certainement mérité ce nouveau poste. 

Aujourd’hui, avec 90 organisations et 10 000 utilisateurs déjà à bord depuis quatre ans, StaffStat est en plein essor. Au congrès de l’Ontario Long Term Care Association de 2016, StaffStaf s’est mérité le prix Innovation par excellence à « La tanière des innovateurs » et, l’année suivante, a décroché le Prix de l’innovation dans le cadre des Prix d’excellence Bell 2017 de la Chambre de commerce du Grand Sudbury.

En marge de ses activités professionnelles, qui l’ont hissée au rang de leader avant-gardiste dans de la collectivité, Melanie participe socialement en tant que bénévole. Encore récemment, elle a participé à l’édition de 2019 de la Danse avec les étoiles du Timbre de Pâques et, sous sa direction, StaffStat fait actuellement la collecte de chaussures neuves et peu portées, dons reçus au nom de Soles4Souls à l’appui de la mission « Wearing Out Poverty » dans le monde entier. Son engagement bénévole l’a également vue agir auprès du Sudbury Women’s Centre et de la Elgin Street Mission, sans compter qu’elle est une ambassadrice active de la Chambre de commerce du Grand Sudbury. 

Esprit créateur, comme elle se décrit, Melanie est copropriétaire de Scrappy Sisters Photography, aux côtés de sa sœur, ainsi que de la moitié du célèbre duo acoustique local Chicks with Picks. Lorsqu’elle n’est pas occupée à faire progresser sa carrière ou ses passions, Mélanie se plaît à suivre des matches des Maple Leafs de Toronto ou des Blue Jays de Toronto, ou passe du temps en famille, y compris ses deux garçons. « Je m’estime si chanceuse de pouvoir remplir mon assiette de choses que j’aime. » En effet, Melanie a de la chance d’avoir trouvé l’emploi de ses rêves. Elle est fière de son réseau de soutien, composé notamment de ses amis, de sa famille et de son équipe de travail, qui l’aide à en faire une réalité.