Les nouveaux panneaux trilingues à la Laurentienne reflètent la première langue parlée sur ce territoire

Anglais, français et anishinaabemowin sur tout le campus

Le 26 août 2019 -- Aani. Des personnes qui parlent anishinaabemowin ont donné une nouvelle apparence à la Laurentienne au cours de l’été en assurant la traduction pour les nouveaux panneaux trilingues installés partout sur le campus. À compter de ce semestre, tous les membres de notre communauté seront accueillis par des panneaux en anglais, en français et en anishinaabemowin, la langue du territoire sur lequel la Laurentienne est située.

Nous désirons remercier Mme Mary Anne Corbière qui a travaillé assidument sur cette initiative, et qui s’efforce de consolider la présence de l’anishinaabemowin depuis 25 ans. À titre de membre du corps professoral du Programme des études autochtones à l’Université de Sudbury, elle continue de jouer un rôle clé dans la revitalisation de la langue. Nous désirons aussi remercier M. Dominic et Mme Brenda Beaudry de Akinomaagewin Consulting, ainsi que Mme Isadore Toulouse. Mme Carole Perreault a assuré la logistique cruciale de l’initiative. Les gardiens du savoir des nations autochtones sont essentiels pour assurer la vitalité de l’anishinaabemowin. Nous ne pourrons jamais leur témoigner assez notre reconnaissance.

Tous les membres de la communauté de l’Université Laurentienne s’emploient à honorer le Traité Robinson-Huron, une entente vieille de 169 ans qui établit les relations entre les peuples autochtones et allochtones de ce territoire. Notre établissement se trouve sur le territoire anishinaabe, particulièrement celui des Atikameksheng Anishnawbek. Nous rendons également hommage à la Première Nation de Wahnapitae. Notre université est fière d’honorer le traité en paroles et en actes.

Le changement de signalisation fait partie de notre Plan stratégique, Imagine 2023, qui vise à faire de notre université l’école de choix pour les étudiants du Nord, francophones et autochtones du monde entier.

 

CITATIONS

« Étant donné que l’Université Laurentienne se trouve sur le territoire des Atikameksheng Anishnawbek, je suis ravie de savoir que l’histoire et la langue du peuple Anishnawbek sont reconnues dans toute l’Université grâce aux panneaux trilingues. » - Valerie Richer, chef des Atikameksheng Anishinawbek

« Nous sommes fiers de notre nouvelle signalisation. Notre mandat triculturel est toujours en tête de nos priorités, et le fait de bien le représenter sur l’ensemble de notre campus est une étape importante. La promotion de l’utilisation et de l’apprentissage de l’anishinaabemowin est une priorité définie dans notre Plan stratégique, et nous continuerons de l’appuyer. » - Robert Haché, recteur et vice-chancelier de l’Université Laurentienne

« Il est réconfortant pour notre Première Nation de voir la langue anishnaabemowin reconnue et utilisée à l’Université Laurentienne. J’ai non seulement reçu des commentaires positifs des membres de la Première Nation de Wahnapitae, mais aussi d’autres Premières Nations. » - Larry Roque, chef de la Première Nation Wahnapitae