Retour vers le haut

Une chercheuse de la Laurentienne reçoit 500 000 $ pour des recherches sur la démence chez les autochtones

L’équipe de rêve sur la recherche autochtone à la Laurentienne fera progresser les études sur la santé cognitive des Autochtones

La titulaire de la Chaire de recherche sur la santé autochtone à l’Université Laurentienne, Mme Jennifer Walker, Ph.D., a reçu 500 000 $ des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) pour le projet intitulé « Validation of the Canadian Indigenous Cognitive Assessment Tool in three provinces », première étude canadienne à mettre au point un outil valide, fiable et culturellement adapté d’évaluation cognitive à utiliser tout particulièrement auprès des populations autochtones hétérogènes du Canada.

« Il s'agit d'une contribution considérable à la qualité des soins de santé de première ligne offerts aux populations autochtones vieillissantes qui posera des jalons solides pour continuer la surveillance des taux de démence, a dit Mme Walker. J'ai hâte de collaborer à cette importante initiative de recherche avec des communautés de l'Ontario, de l'Alberta et de Saskatchewan. »

Parmi les membres de l'équipe de recherche de la Dre Walker figurent M. Lynden Crowshoe de l'Université de Calgary et Mmes Carrie Bourassa (IRHSN) et Janet McElhaney (IRHSN).

Dans le cadre de la Stratégie de recherche en démence des IRSC du gouvernement fédéral, la somme de 500 000 $ a été accordée aussi au Dre Janet McElhaney, vice-présidente à la recherche et directrice scientifique à l’Institut de recherche d’Horizon Santé-Nord (IRHSN), et à des codemandeurs de l’Université Laurentienne. Le projet empruntera une approche communautaire afin de marier les pratiques autochtones aux technologies occidentales pour habiliter les prestataires de soins auprès des aînés autochtones atteints de démence. Parmi les membres de l’équipe de recherche de la Dre McElhaney figurent Mmes Jennifer Walker, Sheila Cote-Meek, Taima Moeke-Pickering et Kristen Jacklin, de l’EMNO.

« Ces deux projets mettent en évidence la position émergente du Grand Sudbury comme chef de file national en recherche sur la santé des Autochtones, a dit le Dr Rui Wang, vice-recteur à la recherche à l’Université Laurentienne. Les deux sont de puissants exemples de collaborations de recherche innovatrices et axées sur le patient parmi les chercheurs de l’Université Laurentienne, de l’École de médecine du Nord de l’Ontario et de l’Institut de recherche d’Horizon Santé-Nord. »

Ces subventions de recherche viennent s’ajouter à trois importants avancements en recherche autochtone à l’Université Laurentienne, à savoir la nomination de Mme Jennifer Walker à la Chaire de recherche du Canada en santé autochtone, la fondation de l’Institut de recherche autochtone Maamwizing et la création du Fonds pour l’avancement de la recherche autochtone qui accélérera la recherche dans ce domaine.

 

Renseignements clés

  • Les populations autochtones au Canada courent plus de risques de développer la démence.
  • Les organismes et communautés autochtones collaborent avec les chercheurs pour subvenir aux besoins en données sur la santé.
  • Les Autochtones enregistrent des taux de démences qui sont 34 % plus élevés que ceux des populations allochtones, et ceux-ci augmentent plus rapidement.
  • La prévention, le diagnostic précoce et les approches adaptées à la culture peuvent aider à améliorer la santé et la qualité de vie des Autochtones.
  • Deux subventions seulement ont été accordées dans le cadre de ce concours national, toutes les deux à des chercheurs à Sudbury.
  • L’Université Laurentienne compte actuellement 25 membres autochtones du corps professoral.

 

Au sujet de l’Université Laurentienne

L’Université Laurentienne offre une expérience hors pair en anglais et en français, ainsi qu’une approche globale de l’éducation des Autochtones. Située sur le territoire traditionnel des peuples anishinabe de la Première Nation d’Atikameksheng, elle prépare les étudiants à devenir des agents du changement et leur donne les moyens de créer des solutions innovatrices à de futurs enjeux locaux et mondiaux. Ses étudiants bénéficient de classes de petite taille et de taux d’emplois exceptionnels après l’obtention du diplôme. Grâce à neuf Chaires de recherche du Canada et dix-huit centres de recherche, la Laurentienne est un chef de file reconnu dans ses domaines spécialisés de recherche, notamment l’innovation minière et l’exploration minérale, les systèmes aquatiques stressés, la santé infantile dans les régions rurales et du nord, ainsi que l’astrophysique des particules. L’Université Laurentienne a obtenu plus de 100 000 000 $ de subvention de recherche au cours des cinq dernières années.

titulaire de la Chaire de rechercheMme Jennifer WalkerInstituts de recherche en santé du CanadaIRSCValidation of the Canadian Indigenous Cognitive Assessment Tool in three provinces