Retour vers le haut

De nouvelles possibilités pour les étudiants francophones

L'Université Laurentienne, l'Université de Sudbury et le Collège Boréal signent une entente globale d'articulation

28 octobre 2014 – Afin de faciliter le transfert des diplômés de niveau collégial vers les études universitaires, l'Université Laurentienne, l’Université de Sudbury et le Collège Boréal ont procédé à la signature d’une entente-cadre formalisant l’octroi systématique de crédits universitaires à tous les diplômés d’un programme postsecondaire du Collège Boréal. Effective dès aujourd’hui, cette entente d’articulation s’applique à tous les programmes en français offerts à l’Université Laurentienne et à l’Université de Sudbury, soit quelque 40 programmes universitaires articulés aux programmes collégiaux des sept campus du Collège Boréal à travers la province. À cette entente s’ajoute également la possibilité pour les diplômés du baccalauréat ès sciences avec majeur en chimie de l’Université Laurentienne d’intégrer le programme de Technologie du génie chimique en bénéficiant d’une reconnaissance équivalent à deux des trois années que dure ce programme.

 

Le vice-recteur associé aux études et aux affaires francophones de l’Université Laurentienne, Denis Hurtubise, souligne l’importance de cette collaboration renforcée au niveau postsecondaire : « Par cette entente innovante, l’Université Laurentienne, l’Université de Sudbury et le Collège Boréal améliorent la transférabilité des étudiants francophones entre deux importants paliers de leur scolarité et, de facto, encouragent chez nos jeunes la poursuite des études postsecondaires en français. En formalisant la reconnaissance de leurs acquis académiques, nos établissements facilitent chez leurs étudiants le processus de transition au niveau postsecondaire et consolident l’ensemble du continuum d’études en Ontario français. »

 

Pour sa part, le vice-président à l’enseignement du Collège Boréal, Daniel Giroux, précise : « Nous sommes particulièrement fiers de mettre à profit les liens étroits qui existent entre le Collège Boréal, l’Université Laurentienne et l’Université de Sudbury dans le but de répondre concrètement aux attentes légitimes des étudiants francophones de l’Ontario. Grâce à cette entente cadre, nous poursuivons l’amélioration constante des services et des programmes offerts aux étudiants francophones de notre province tout en maximisant leurs perspectives d'avenir. »

 

Le recteur et vice-chancelier de l’Université de Sudbury, Pierre Zundel, mentionne quant à lui que « La qualité des programmes de formation postsecondaire offerts en français à l’Université de Sudbury, à l’Université Laurentienne et au Collège Boréal permet à nos étudiants d’envisager avec sérénité le transfert entre nos établissements. Outre les économies de temps et d’argent générées par ce cheminement postsecondaire enrichi, l’expertise et les compétences additionnelles ainsi acquises représentent au moment d’intégrer le marché de l’emploi un atout supplémentaire pour nos diplômés. »  

 

Notons que cette nouvelle entente-cadre entre l’Université Laurentienne, l’Université de Sudbury et le Collège Boréal fait écho à la récente annonce des conseils provinciaux sur la reconnaissance des crédits de l’Alberta, de la Colombie-Britannique, du Nouveau-Brunswick et de l’Ontario visant à favoriser davantage le cheminement des étudiants qui souhaitent être transférés dans un collège ou une université au Canada. Travaillant de concert avec les 44 établissements d'enseignement postsecondaires financés par le gouvernement provincial, le Conseil sur l'articulation et le transfert de l’Ontario (CATON) est coprésidé par Glenn Vollebregt, président et chef de la direction du St. Lawrence College, et par Dominic Giroux, recteur et vice-chancelier de l’Université Laurentienne.

Entente d'articulationÉtudiants francophonesUniversité de SudburyCollege BorealDenis HurtubiseCATONTransfert collégial et universitaire