Décès d'ancienne chancelière Aline Chrétien

Body: 

Bonjour, aanii, hello,

C’est avec profonde tristesse que j’ai appris le décès de Madame Aline Chrétien, toute première chancelière de la Laurentienne et l’une des plus grandes promotrices de notre Université.

Les drapeaux sur le campus seront en berne le mardi 15 septembre pour honorer Madame Chrétien et rendre hommage à sa vie et à son œuvre.

Madame Chrétien était connue comme une force de la nature, « le roc de Gibraltar » qui a inspiré et habilement conseillé son mari, l’ancien premier ministre du Canada, M. Jean Chrétien, au cours de sa longue et riche carrière politique. « Ce sera au tour de Jean de me seconder dans mes tâches, » avait-elle dit au sujet de son nouveau rôle à l’Université Laurentienne.

Première personne à exercer le rôle de chancelière de la Laurentienne, Madame Chrétien a présidé les cérémonies de collation des grades, conféré des grades, conseillé le recteur de l’Université et aidé à promouvoir l’établissement. Elle était profondément enthousiasmée par l’éducation, qui lui avait été refusée en tant que fille aînée d’une famille nombreuse, et soulignait que les programmes d’études bilingues et autochtones de la Laurentienne lui tenaient « à cœur ».

Madame Chrétien était autodidacte et s’adonnait à sa passion pour les langues en parlant le français, l’anglais, l’italien et l’espagnol. « L’éducation a toujours été mon objectif », avait-elle confié en 2010 au journal The Northern Life.

Lors de son discours à la collation des grades de l’automne, le matin du 30 octobre 2010, Madame Chrétien a prononcé des paroles qui résonnent encore : « Chaque génération de l’histoire s’est montrée à la hauteur des défis de son époque. Je vous demande maintenant de relever les vôtres, vos défis… je crois que vous le ferez. »

Perpétuons donc l’œuvre de Madame Chrétien, grande championne de la Laurentienne, de l’enseignement supérieur et des aspirations de notre jeunesse.

Merci, miigwech, thank you,

 

Robert Haché, Ph.D.

Recteur et vice-chancelier