Des chercheuses de la Laurentienne soulignent la valeur de la participation des patients autochtones aux recherches

Un nouveau supplément de l’OSSU met en évidence les travaux de Mmes Jennifer Walker et Nancy Young

(2018-11-08) Des articles rédigés par deux chercheuses de l’Université Laurentienne sur la participation de patients autochtones aux recherches seront inclus dans le supplément de l’Ontario SPOR SUPPORT Unit (OSSU) qui sera publié dans le Canadian Medical Association Journal (CMAJ).

Les projets de la titulaire de la Chaire de recherche du Canada en santé autochtone, Mme Jennifer Walker, Ph. D., et de la titulaire de la Chaire de recherche en santé infantile dans les milieux ruraux et du nord, Mme Nancy Young, Ph. D., sont axés sur la recherche dans des collectivités des Premières Nations.

Dans son article « Describing the process of ethical conduct of research in an Ontario-wide First Nations diabetes research project », Mme Walker discute d’une étude menée à l’échelle provinciale pour subvenir aux besoins en information des leaders de Premières Nations, du gouvernement et des travailleurs communautaires. L’étude a été réalisée en partenariat avec les Chiefs of Ontario et l’article a été cosigné par Robyn Rowe, étudiante autochtone inscrite au Programme de doctorat interdisciplinaire en santé dans les milieux ruraux et du nord de l’Université Laurentienne. « Nos recherches dirigées par les Premières Nations, dit-elle, corrigent d’importantes lacunes dans les données requises pour améliorer la prise de décisions et la défense des droits. »

L’article de Mme Young, « Beyond the patient: lessons from community engagement in a rural First Nation », porte sur un projet de recherche en cours codirigé par la directrice des services de santé au Centre de santé Naandwechige-gaming Wikwemikong, Mme Mary Jo Wabano, voulant évaluer l’efficacité du dépistage, du triage et du traitement médical éventuel d’enfants de Wiikwemkoong. « Si tous les éléments du travail sont effectués dans le cadre d’une collaboration respectueuse, a affirmé Mme Young, la recherche a le potentiel d’améliorer la santé des enfants autochtones. »

Lancé hier, le supplément est un recueil d’articles relatant les expériences, les apprentissages et la valeur apportés par dix-sept projets de recherche expérimentaux appuyés par l’OSSU et servira de ressource aux chercheurs et aux autres personnes qui s’intéressent à cette approche progressive qui valorise les patients et les soignants à titre de partenaires dans les recherches sur la santé et les systèmes de santé.

 

AU SUJET DE L’UNIVERSITÉ LAURENTIENNE

Située sur le territoire couvert par le Traité Robinson-Huron de 1850, l’Université Laurentienne reconnait qu’elle se trouve sur les terres traditionnelles des Premières Nations d’Atikameksheng Anishnawbek et de Wahnapitae. La Laurentienne se fait un devoir de renforcer les fondements du savoir dans l’enseignement supérieur et la recherche, d’offrir une expérience universitaire hors pair en anglais et en français assortie d’une approche englobante de l’éducation autochtone. Avec ses partenaires fédérés, elle prépare des leaders qui apportent des solutions innovatrices et intelligentes à des problèmes locaux et mondiaux.