Retour vers le haut

Le Centre ontarien sur l’impact climatique et l’adaptation des ressources de MIRARCO sera membre du nouveau groupe d’expert sur l’adaptation au changement climatique

Le groupe d’expert national donnera des conseils au gouvernement fédéral sur la manière de quantifier le progrès de l’adaptation aux changements climatiques.

Al Douglas, Directeur du Centre ontarien sur l’impact climatique et l’adaptation des ressources (OCCIAR) de MIRARCO, un centre de recherche de l’Université des Laurentiennes, sera membre du nouveau groupe d’expert sur les résultats de l’adaptation et de la résilience aux changements climatiques.

Les changement climatiques ont déjà des conséquences négatives et posent des risques significatifs aux communautés ainsi qu’au secteur privé et à l’environnement. Prenant acte de cette réalité, des mesures sont actuellement prise par les gouvernements, les entreprises ainsi que les individus pour s’adapter aux conséquences des changements climatiques. 

« Il est important pour nos gouvernements de savoir si les mesures prises pour améliorer la résiliences et l’adaptation aux changements climatiques sont efficaces, » explique Al Douglas. « Nous avons besoin de savoir si les mesures prises sont les bonnes et si elles fonctionnent ainsi que si elles sont viable économiquement. » 

Le nouveau groupe d’expert présentera un rapport au Dr. Stephen Lucas, sous-ministre canadien de l’Environnement et du changement climatique, au printemps 2018. Ce rapport a pour but de mettre en évidence les indicateurs qui aiderons le Canada à quantifier son progrès quant à l’adaptation et à la résilience aux changements climatiques et ce pour l’ensemble du pays.  

« Les Premières Nations, les communautés et plusieurs secteurs économiques de l’Ontario font face à des difficultés ainsi que des opportunités liées aux changements climatiques, » souligne Al. « Je crois que le travail de ce groupe d’experts peut jouer un rôle majeur dans la façon dont nous nous adaptons, collectivement, aux changements climatiques. »  

 

Faits en bref: 

Ces exemples mettent en évidence les conséquences et l’adaptation qui a déjà eu lieu en Ontario. Les investissements croissant dans l’adaptation aux changements climatiques ont fait naître un fort intérêt pour le contrôle des progrès ainsi que l’évaluation de l’efficacité des adaptations dans le but de remédier aux vulnérabilités et aux risques. Le Groupe d’experts établira des indicateurs qui aideront le Canada et l’Ontario pour quantifier les progrès d’adaptation et de résilience.  

  • Les changements climatiques se traduisent par des événements météorologiques extrêmes impliquant des dommages sans précédent. Le 13 juillet 2013, la ville de Toronto a reçu 126 mm de pluie en seulement deux heures, causant plus de 1 milliard de dollars en dommages-intérêts. À ce jour, c'est la catastrophe naturelle la plus coûteuse de l'Ontario. Afin d'accroître sa résilience, Toronto a entrepris des études pour évaluer sa vulnérabilité et s'efforce d’améliorer ses infrastructures liées aux eaux pluviales.
  • Depuis 1948, l'Ontario a connu une hausse de sa température moyenne annuelle de 1.5°C et constate plus de jours avec une température supérieure à 30°C. Ces événements de chaleur extrême peuvent causer des blessures et des maladies sévères, comme des coups de chaleur, l'épuisement par la chaleur, voire même la mort. De nombreuses communautés en l'Ontario (p. ex. Toronto, Windsor). prennent des mesures en développant des systèmes d’alertes et d‘intervention à la chaleur (SAIC) ainsi qu’en ouvrant des centres spéciaux de rafraichissement lors des journées extrêmement chaudes afin de protéger la population contre les maladies liées à la chaleur.
  • Les feux de forêt posent un danger important pour les communautés de l’Ontario. En juillet 2011, environs 120 feux de forêt ont été enregistré au nord de l’Ontario durant une période de 17 jours. Ces incendies ont causé l’évacuation de 3,292 personnes de 8 communautés des Premières nations en raison de l’inhalation de fumée, de pénurie alimentaire, et d’un manque en capacité pour stockage de nourriture. Les habitants sont encouragés à télécharger un fichier qui s’appelle FireSmart, un manuel fournissant des outils de planification qui permettent d’atténuer les risques d’incendie.
  • En Ontario, les activités hivernales (p.ex. pêche sur glace, motoneige) ont été touchée par le réchauffement des températures hivernales et les conditions météorologiques plus variables. Pour ces raisons, la station de ski des Blue Mountain a diversifié sa stratégie commerciale afin d’accueillir des activités pouvant être pratiquées toute l’année et a investi dans des équipements d’enneigement artificiel.
  • Le gouvernement d’Ontario va publier un plan pour l’adaptation aux changements climatiques et ainsi devenir plus résilient en 2017. Il s’appuiera sur le dernier plan stratégique provincial de mesures d’adaptation,  L’adaptation au changement climatique : Stratégie et plan d’action de l’Ontario 2011-2014. 

 

À Propos OCCIAR 

Le Centre ontarien sur l’impact climatique et l’adaptation des ressources (OCCIAR) est un pôle de ressources en ce qui concerne les conséquences et l’adaptation aux changements climatiques. Il fait partie de MIRARCO, un centre de recherche de l’Université des Laurentienne à Sudbury en Ontario. Avec plus de 16 ans d’expérience dans tous les secteurs de l’économie et de la société, nous sommes les chefs de file dans le domaine de l’adaptation aux changements climatiques. Notre but est d’informer et de faciliter les processus d’adaptation, en s’assurant que les décisions prise aujourd’hui sont basée sur les défis climatiques de demain. Cela est fait en développant et implémentant les ressources et les outils dont les communautés, les professionnels et les experts de tous les horizons ont besoins dans le processus de prise de décision. Nous communiquons sur les dernières recherches ayant trait à l’adaptation et la résilience aux les changements climatiques et favorisons les discussions critiques à l’intérieure et entre les communautés et les différents secteurs qui aide a amélioré cette résilience. 

 

À Propos le Groupe d’experts:  

Le Groupe d’experts fournira des conseils au gouvernement du Canada pour quantifier les progrès accomplis en matière d’adaptation et de résilience aux changements climatiques, afin de mieux comprendre dans quelle mesure les efforts d’adaptation fédéraux, provinciaux et territoriaux permettent au Canada de renforcer sa résilience aux changements climatiques, notamment en offrant des renseignements à jour, en appuyant les infrastructures adaptées au climat et en modernisant les codes du bâtiment. Le Groupe d’experts aidera, en plus,  le gouvernement fédéral à mieux communiquer aux Canadiens comment nous nous préparons et nous adaptons aux conséquences actuels et futurs des changements climatiques. 

Le Groupe d’experts appuiera le Cadre pancanadien sur la croissance propre et les changements climatiques, le plan du Canada visant à réaliser notre objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre, à renforcer la résilience aux effets des changements climatiques et à créer une croissance et des emplois propres en investissant dans les technologies propres, l’innovation et l’infrastructure. 

Le Dr. Blair Feltmate, chef du Centre Intact d’adaptation au climat de l’Université de Waterloo, présidera le Groupe d’experts. Des représentants du milieu universitaire, du secteur privé, d’organisations gouvernementales et non gouvernementales et des peuples autochtones feront également partie du Groupe d’experts. Les provinces et les territoires participeront également aux travaux de ce dernier.  

Pour obtenir plus de renseignements à ce sujet, veuillez consulter ici.