Haykuykuy! Bienvenidos! La Laurentienne accueille des chercheurs du Pérou

Rencontre axée sur l'environnement

15 août 2019 – Cette semaine, l’Université Laurentienne est heureuse d’accueillir d’éminents collègues de l’étranger, à savoir une délégation de chercheurs du Pérou. Six chercheurs et représentants péruviens seront de passage sur le territoire couvert par le traité Robinson-Huron pour participer à un atelier d’une semaine visant à formuler des stratégies environnementales. Parmi les invités distingués, il faut souligner le vice-ministre des Mines au ministère de l’Énergie et des Mines du Pérou, M. Augusto Cauti. L’École des mines Goodman a développé une série de cours à l’intention toute particulière des délégués.

L’objectif principal des ateliers est de prêter un appui aux participants pour l’élaboration d’un plan de restauration environnementale adapté à leur région respective. Il s’agira surtout de partager des connaissances touchant les fructueux efforts de remise en état à Sudbury et de montrer aux délégués des façons d’accomplir ce travail de collaboration. Entre autres, les cours aborderont l’obligation de faire des consultations, la mise en place de règlements pour la protection de l’environnement et la surveillance de la qualité de l’eau.

Cette visite fait suite à celle de notre délégation qui est allée dans quatre états du Pérou en mai dernier organisée par la fondation CORE. Pour marquer l’occasion, la Ville du Grand Sudbury a commandité un repas autochtone qui sera donné le mercredi soir et auquel assistera le maire, M. Brian Bigger.

Nous souhaiterons aux délégués biindigen, welcome, bienvenidos, haykuykuy ou la bienvenue tout en espérant qu’ils repartent insufflés d’inspiration et de motivation à l’égard de l’importante tâche de reverdissement qui les attend.

 

CITATION

« Partager l’histoire de restauration de Sudbury, notre engagement envers les collectivités autochtones et le rôle de notre université à appuyer des chercheurs qui sont des chefs de file mondiaux, a dit le recteur et vice-chancelier de l’Université Laurentienne, M. Robert Haché, permet de jeter des bases solides pour la collaboration. »