Retour vers le haut

Premier blogue

25 août 2017

Pierre Zundel avec la ministre des Sciences, Kirsty Duncan, lors de la visite le Centre de recherche, d’innovation et de génie Cliff Fielding

​Je me suis officiellement installé au Rectorat lundi matin, à 8 h 30.

À 7 h, j’avais déjà des interviews avec les membres des médias dans le tout nouvel atrium à l’entrée. Quand un journaliste m’a demandé ce que je ressentais alors que je prenais la tête de l’Université, tout ce que j’ai pu répondre a été « enthousiasmé ».

Enthousiasmé parce que je suis sur le campus depuis près d’une décennie et que je n’ai jamais vu ce que je vois aujourd’hui. Une université qui est devenue un établissement de calibre mondial. Un chef de file mondial de l’exploration minérale. Un campus aux premières lignes de la formation des Autochtones et de la réconciliation. Un établissement qui offre un enseignement complet en français et en anglais. De nouveaux édifices, de nouveaux membres du corps professoral et du personnel, et une nouvelle énergie. Qu’il s’agisse du corps professoral, du personnel ou de la population étudiante, l’Université Laurentienne est dans une catégorie à part.

La semaine dernière, j’ai accompagné la ministre des Sciences, Kirsty Duncan, lors de la visite de notre exceptionnel Centre de recherche, d’innovation et de génie Cliff Fielding qui devrait ouvrir ses portes au printemps. Pendant cette visite, la ministre m’a pris à part et m’a dit que ce qui rend la Laurentienne aussi unique est la touche personnelle. C’est évident, atelle dit, dans le concept spectaculaire de l’édifice qui intègre notre géographie naturelle. C’est évident dans la façon dont le corps professoral, qui a reçu des centaines de milliers de dollars de subventions de recherche, donne la priorité aux étudiants. C’est évident dans l’accueil que nous lui avons fait tout au long de sa visite de notre magnifique campus en venant en grand nombre la saluer.

Ces dix dernières années, j’ai sans cesse été impressionné par la détermination de notre personnel et de notre corps professoral à œuvrer pour le bien de notre population étudiante et des communautés dans lesquelles nous travaillons. Dans certains cas, cette détermination se traduit dans des projets spectaculaires comme l’initiative de recherche en exploration minérale de 100 000 000 $, Metal Earth. Elle se voit aussi dans le travail soigneux et discipliné de l’équipe qui a dirigé les chantiers de construction qui ont pris fin au cours de la dernière année. Dans d’autres cas, elle se trouve dans le travail discret et largement inaperçu qui consiste à aider nos étudiants à s’instruire et à réussir malgré tous les défis qu’ils doivent relever. J’ai rencontré d’innombrables anciens et étudiants actuels qui ont parlé de l’importance que certains membres du corps professoral ou du personnel ont jouée dans leur réussite et même parfois, dans leur survie.

En travaillant à l’unisson, notre communauté universitaire peut tout accomplir. Par exemple, je suis fier que nous ayons pu conclure une entente provisoire avec le SEUL dix mois avant l’échéance de la convention collective. J’ai soigneusement écouté les parties, leur créativité et leur volonté de travailler ensemble pour le bienfait de tous. Je m’attends que l’entente soit ratifiée au début de la semaine prochaine.

Au cours des prochains mois, je me donnerai comme objectif de rencontrer le plus de gens possible. Notre Équipe de gestion sortira de l’édifice Parker pour avoir des réunions dans des locaux un peu partout au sein de l’Université, et nous voulons que vous veniez tous nous parler. J’espère aussi que Mme Linda Ambrose et moi rencontrerons un grand nombre d’entre vous sur le campus et à l’extérieur de celui-ci au cours des mois à venir alors que nous validerons le travail du Comité directeur de la planification stratégique.

M. Dominic Giroux gardait toujours sa porte ouverte pour quiconque voulait bavarder. J’ai l’intention de conserver cette tradition. N’hésitez pas à me faire signe, en personne, à pzundel@laurentienne.ca, ou à me suivre sur Twitter @pierrezundel.

Je suis fier du travail hors pair que nous accomplissons ensemble et je me réjouis de travailler avec vous tous pour que la Laurentienne demeure un chef de file de l’enseignement dans notre région et au-delà.