Retour vers le haut

Nouveau titulaire d’une Chaire de recherche du Canada de niveau 1 à l’UL : Jeremy Richards

 

 

En juillet dernier, M. Jeremy Richards, Ph.D., a commencé son mandat à titre de titulaire de la Chaire de recherche du Canada en métallogénie (niveau 1), c.-à-d. l’étude de la formation et de la distribution de gisements minéraux. Il a préparé un baccalauréat ès arts à l’Université de Cambridge, une maîtrise à l’Université de Toronto et un doctorat à l’Australian National University. Il a été boursier postdoctoral à l’Université de Saskatchewan avant de faire évoluer sa carrière dans divers endroits du monde, y compris comme chargé de cours à l’Université de Leicester et boursier invité de recherche à la Chinese Academy of Geological Sciences. Il a quitté l’Université d’Alberta pour venir à la Laurentienne, et nous sommes très heureux de l’accueillir au sein de l’École des sciences de la Terre Harquail.

M. Richards collabore comme chercheur universitaire au projet Empreintes dirigé par la Laurentienne en y apportant son expertise en minéralogenèse et géologie économique. L’objectif du projet est de trouver plus efficacement les gisements minéraux enfouis en profondeur, en régions éloignées ou à accès difficile. M. Richards se spécialise dans la formation de cuivre et d’or et continuera d’élargir la compréhension des contrôles régionaux en examinant les raisons dont les minerais se forment à certains endroits, mais pas à d’autres ayant des conditions similaires. Avant d’entreprendre des travaux d’exploration, il est très utile de connaître les conditions favorisant la formation de minéraux et celles qui modifient la forme ou la nature d’un gisement, car il peut être bien plus facile de repérer les conditions de formation que le minéral lui-même. Une meilleure compréhension de la formation de minéraux permettra de rendre plus efficace le processus d’exploration et fera en sorte que cela se traduira par beaucoup moins d’erreurs.

En plus d’étudier la formation de minéraux et les contrôles régionaux, M. Richards fait des recherches sur le développement économique durable de mines. Un membre de la population étudiante collabore actuellement avec lui à la mise sur pied d’une nouvelle mine d’envergure en Mongolie.

Les travaux géologiques de M. Richard ne se font pas dans les environs, mais plutôt sur la scène mondiale. Il se réjouit de pouvoir voyager dans le monde et d’étudier les roches dans des endroits intéressants et parfois dangereux allant du Canada au Chili en passant par la Turquie et la Chine.

L’Université Laurentienne est très fière de compter dix Chaires de recherche du Canada, dont deux de niveau 1 et huit de niveau 2.